Happily Ever After

Installation vidéo 2018

L'installation vidéo "Happily Ever After", a été conçu dans le cadre d'une exposition intitulée "Je pensais qu'on deviendrait des gens bien". 

"Happily ever After" est une expression anglophone utilisée dans les contes pour signifier une fin heureuse. Son équivalent français le plus révélateur est sans doute "Il se marièrent et eurent beaucoup d'enfants". Le constat désillusoire établi par le titre de l'exposition nous renvoie indéniablement à l'état actuel du monde : le capitalisme s'effondre, la modernité Walt Disney n'est ni possible ni désirable ; notre fin à nous n'est pas heureuse. Et après ? Une sensation skyzophrénique de tiraillement entre deux modes de vie : celui qui implique de continuer de vivre en ville de façon "soutenable" en transformant ses habitudes de consommation, feignant un cours plus ou moins normal des choses, ou le fameux "retour à la terre" plus facile à dire qu'à faire, qui implique de changer radicalement son mode de vie en quittant la ville, en s'organisant en groupe pour assurer ses propres moyens de subsistance, et en entretenant un rapport direct à la terre sur laquelle on s'installe.

La vidéo me montre effectuer deux actions : vêtue d'un sweatshirt aux effigies de mickey et minnie en crise de fou rire, je m'accroupie dans un champ en jachère pour enterrer mon macbook pro, je hume la terre, puis j'entame une course à la fois joueuse et effreinée jusqu'à la mer. Le retour du macbook pro à Paris entre les quatre murs de l'espace d'exposition révèle tout le paradoxe de mon action. La fuite est-elle possible ? J'ai ramené un peu de terre avec moi pour les moments difficiles. 

Installation vidéo "Happily Ever After", dans le cadre de l'exposition "Je pensais que nous deviendrions des gens bien" @ Beaux Arts de Paris, Atelier Claude Closky. Commissariat : Paul Laforge.